Rechercher

In The Swamp With Benjamin PLU


Peux tu nous détailler ton parcours depuis ton arrivée au Club et jusqu'à aujourd'hui

B.P. : J’ai intégré ma première équipe de football américain en 2010 au Mans au club des Caïmans et également à la Section Sportive Scolaire du Lycée Touchard-Washington. Cela m’a permis d’être prêt pour réussir par la suite les tests d’entrée au Pôle France d’Amiens pour la saison 2012-2013. Cette année la j’ai également été sélectionné en équipe de France junior. Nous avons clôturé l’année avec une médaille de vice champion d’Europe avec l’équipe de France. Je suis par la suite revenu jouer 2 ans au Mans pour finir mes études et continuer de prendre de l’expérience dans le Football. Puis j’ai intégré en 2016 l’université McGill au Canada où j’ai joué pour les Redmens de Mcgill. Ce fut une année enrichissante et où j’ai beaucoup progressé même si mon année s’est clôturée sur une blessure. Après de nombreux mois de soins on m’a donné la chance de me relancé aux Black Panthers de Thonon-les-Bains en 2018. Nous avons fini vice champion de France. Puis en 2019 une année pleine d’émotion, nous avons remporté le championnat et j’ai également participé aux combines de la draft de la Canadian Football League avant d’être repêché (drafté) par les Lions de la Colombie Britannique (basés à Vancouver) dans la 2e ligue mondiale. 


Raconte nous ton parcours lors de tes années au Mans (SSS, EDF, CAIMANS)

B.P. : Lors de mes années au Mans, notamment lorsque j’ai intégré la section sportive scolaire en 2011, cela a été un déclic pour moi que je voulais me diriger vers le haut niveau. On bénéficiait d’un planning aménagé permettant de s’entraîner en fin d’après midi. Cela a beaucoup joué sur notre développement mais également à se responsabiliser et s’organiser pour étudier. Car l’école restait une priorité. De plus rapidement j’ai été détecté par l’équipe national et j’ai été réserviste notamment au début et j’ai participé a différents regroupements. C’est beaucoup de sacrifice car la plus part du temps c’était sur les vacances scolaire.  Puis enfin j’ai été sélectionné et nous avons fini vice champion d’Europe lors des championnats d’Europe en Allemagne en 2013. 

Plus tard quand je suis revenu au Mans après avoir joué dans le Nord, j’ai pu continuer de progresser notamment car l’équipe a toujours pu profiter d’un vivier de joueurs talentueux et d’une équipe compétitive pas loin d’intégrer le meilleur niveau français, le casque de diamant. J’ai d’ailleurs rejoué par la suite avec l’équipe de France Senior contre l’Italie en 2016 avant d’intégrer l’université canadienne. 


Quels sont tes meilleurs souvenirs de ces années là ?

B.P. : Mes meilleurs souvenirs de ces années la sont des rencontres que je n’oublierai jamais. Des personnes que ce soit joueur ou entraîneur qui m’ont permis d’atteindre le niveau d’excellence sportive que je m’efforce de suivre. Du lycée à la fac, jusqu’au niveau professionnel. Être dans une structure de haut niveau lors de mes débuts m’a permis de poser la première pierre à l’édifice. 

D'autres anciens Caimans de ta génération jouent actuellement à haut niveau, que penses-tu de leurs parcours ?

B.P. : D’anciens Caimans que je côtoie toujours jouent à haut niveau. Je les salut d’ailleurs. Je pourrai en citer quelques un. Valentin Gnahoua mon compagnon de foot depuis toujours. Car nous avons un parcours similaire, on s’est rejoins de nombreuses fois pour jouer ensemble ou l’un contre l’autre. On a les mêmes visions à long terme. On se soutiens depuis toujours. 

Plus récemment Titouan Billard qui a intégré les Blacks Panthers et qui va continuer de progresser et performer au plus haut niveau français. Pour moi ce n’est pas une surprise. Puis aussi Claudio Jacquin qui était également à Thonon-les-Bains et plusieurs fois médaillé avec l’équipe de France. Ces gars sont tous passé par le club et nous avons eu beaucoup de beaux moments ici. 


Comment s'est passé ton Combine CFL, et ta 1ere saison ?

B.P. : Mon combine CFL s’est bien passé dans l’ensemble. Je ne suis pas satisfait de tout mes tests mais globalement se fut une réussite notamment avec 2 gros temps aux tests de changement de direction. C’était une expérience incroyable d’être confronté aux meilleurs européens et aux meilleurs prospects canadiens. Tu sais que tu n’as pas le droit à l’erreur. Par la suite la pression redescend et tu es dans l’attente de la draft. Lorsque mon nom s’est affiché j’ai un peu craqué car c’était des années de travail qui se sont concrétisées. Tu revois les bons moments et aussi les embûches dans le parcours. Les blessures, les cuts en équipe de France. Mais c’est ce qui forge et qui t’apprend à rien lâcher. A force de travail j’ai même pu jouer les 4 derniers matchs de la saison après avoir passé la majeur partie de ma saison professionnelle dans le practice squad (réserve). 


Cette saison sera particulière, même si vos objectifs restent hauts. Peux tu nous en dire un peu plus ?

B.P. : La prochaine saison est particulière car nous ne savons pas comment elle va s’organiser à cause des événements sanitaires. Mais le but reste le même. Celle de devenir un joueur important au sein de l’équipe et d’être à mon meilleur niveau pour avoir un maximum de temps de jeu. Je suis prêt à toute situation. 

Pour finir, un petit mot sur les Caimans

B.P. : Pour conclure, j’encourage tout les jeunes de la structure à s’entraîner fort et de garder leur volonté car tout est possible. Il ne faut pas s’arrêter de rêver et s’entourer

des bonnes personnes. Aujourd’hui les portes aux meilleurs niveaux sont ouvertes. Et je souhaite à toutes les catégories de continuer de se développer et de performer. Merci au club des Caimans.  


 

©2020 Florian Casagrande pour Caïmans 72.

  • Facebook